A bout de souffle

From Bangkok with love…

J’étais à bout souffle.
Je m’enfermais dans mon atelier.
Le néon rose clignotait comme pour me rappeller ma vérité
« Léotard et tarpé »
J’enfumais le léopard, j’étais noyé…
Derrière mon masque fait de sourires je souffrais
Le satyre avait besoin d’un second souffle…

Alors je me suis dis je vais partir, loin très loin… pourtant je savais que c’était dans ma tête que tout se jouait,
il fallait que j’efface de vilaines habitudes, il fallait que je le fasse

Le monde nous joue des tours alors jen fais le tour
Un aller retour sera salvateur pour mon âme

Je ne serai pas ce sale acteur, je me ferai dompteur de peur

Si les mots s’envolent seuls les actes restent
Alors « action »
Loin de la corruption je cherche la rédemption ET JE LA TROUVE, mais rien n’est jamais acquis à l’homme « ni sa force , ni sa faiblesse »
Chaque jour que dieu me donne est une chance…
Je suis le prince des idiots, un bel ami sur un ring rouge et noir et ce voyage me prend littéralement les tripes.
Je médite, je m’élève, je lévite.

Au pays des sourires je transpire ma haine, ma rage et ma connerie
Je vous reviendrai sage c’est promis.
Je suis cet élève mal élevé, lui  maître sacré, il dicte ma tactique et j’apprends sa technique…

Le Lord m’avait dit je vais t’apprendre les femmes mais il m’apprit bien plus il m’apprit la vie
somme toute logique quand on sait que les femmes sont garantes de celle-ci…

Ps: on ne dit pas pardon, on demande pardon…