La peluche d’Euripide

boheme

Vierge d’amour, voyageur de toujours.
Une péniche passe sous mes jambes.
Un homme au crâne dégarni et à la moustache bien fournie me sourit.
Grise la moustache…
Le batârd et la maso se promènent tard et ne se promettent pas, sur leurs pommettes coulent l’Amstel
La peluche d’Euripide, coqueluche du pathétique
Je cours sur du pavé hollandais.
Il est mouillé, au loin raisonne un bruit de talon tourmenté
Bagage rouge et manteau noir
Muses, la mort est venue me chercher mais avec elle j’ai dansé
T’avais raison, l’amour est enfant de bohème, sauvage comme une peinture de Van Gogh
Un fauve sur un cube et ça m’impressionne
C’est tout simplement… « surréaliste »
Elle s’incruste dans mon tableau et chamboule tout sur son passage.
Renverse les verres de bordeaux posés sur la petite table, déverse son fléau dans le paysage.
À marée haute, À marée basse, la marche est haute et le coeur fantasme

Ps: Un thé au jasmin pour calmer le malin
Ne pas louper le dernier train